18/3 Atelier 4 :  » L’urgence est ailleurs « 

[vc_row css_animation= » » row_type= »row » use_row_as_full_screen_section= »no » type= »full_width » angled_section= »no » text_align= »left » background_image_as_pattern= »without_pattern »][vc_column][vc_column_text]


Oui je m’y attendais bien sûr !
Le thème 2020 de Pulsmedecine n’aura jamais été autant collé à l’actualité. Je me tiens à ta disposition tout en étant sur le « front » . Je nous souhaite bon courage !
Pulsmédecine, vous le savez se tient au plus près de la réalité du terrain,
En solidarité avec les nombreux professionnels de santé engagés sur le terrain en cette période difficile qu’ils soient professionnels hospitaliers ou pas, avec les nombreux étudiants en médecine qui font le choix de s’engager à venir renforcer les effectifs dans les services d’urgences, avec tous ceux qui s’engagent d’une manière ou d’une autre à tenter d’endiguer cette pandémie et préserver – par leur acte – une continuité des soins dans un climat que nous espérons, malgré tout, des plus sereins,
Les Docteurs Patrick Briend, Céline Farges, Patricia Branchu, Hubert Courcoux, et tout le personnel du samu, les gens de médecine sont actuellement en première ligne de cette pandémie.
Puls-médecine  ne maintient pas ses deux prochains rendez-vous :
* Son 4ème atelier clinique du mercredi 18 mars.
* L’accueil de l’auteur de « Chœur des femmes » du jeudi 2 avril.

[/vc_column_text][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row css_animation= » » row_type= »row » use_row_as_full_screen_section= »no » type= »full_width » angled_section= »no » text_align= »left » background_image_as_pattern= »without_pattern »][vc_column][vc_column_text] »Urgence à traiter, urgence à accueillir, urgence à dire … »

Le choix du thème de « l’urgence » pour nos « 3 èmes rencontres puls-médecine » est cette année on ne peut plus politique. Voici un atelier préparatoire vers le 5 juin avec des médecins des urgences, du samu, du smur, des médecins généralistes, jeunes ou confirmés, d’autres professionnels, avec qui nous aurons la tâche de comprendre ce qui se joue dans ces « urgences à succès ». Nous devons nous interroger sur ce qu’est un urgentiste au 21ième siècle ? D’emblée nous sortons les grandes manœuvres avec un atelier dont le fil conducteur est l’éthique d’une clinique au un par un, de ces professionnels qui cherchent les moyens aux urgences d’offrir encore un abri … fait de paroles.

 

Docteur Patrick Briend, Médecin généraliste en Bretagne,

Docteur Céline Farges, Médecin pédiatre, samu, smur et urgences pédiatriques au CHU de Rennes,

Docteur Patricia Branchu, Médecin anesthésiste, samu, smur au CHU de Rennes,

Docteur Hubert Courcoux, Médecin urgentiste, samu, smur au CHU de Rennes

 

Bribe d’argument choisi pour cet atelier :

Le lieu d’une garantie à nul autre pareil

Il existe un lieu où tout le monde peut s’adresser 24 heures sur 24 pour trouver réponse à son inquiétude. Certains s’y précipitent, où hésitent avant de venir, quelques-uns n’ont pas d’autre choix que de s’y rendre, d’autres enfin y sont conduits par obligation. Dans ce lieu aux allures parfois surréalistes où se côtoient les situations les plus variées, les professionnels ont revêtu la blouse qui les prépare à accueillir toutes les détresses. Les services d’urgences, lieux neutres où chacun sait qu’il sera accueilli, soigné, parlé, sans jugement et sans aucun motif d’exclusion, accueillent tout un chacun – des accidentés aux « habitués ». Il restera aux professionnels de santé à gérer l’affluence… ce qui est aujourd’hui communément admis de nommer la régulation des flux… en fait, ce sont des patients ! Il existe donc des lieux où une place est faite à chacun quel que soit le motif de son appel et de sa venue.

Dans la salle d’attente des urgences, ils sont tous là, en détresse, en attente : échanges de regards, échanges de paroles parfois aussi, partenaires d’un soir, d’une nuit, tous confinés là par la contingence. Ils attendent d’être appelés, d’être pris en charge, moment où la parole se libèrera peut-être enfin. Pour certains, il n’existe pas d’autre lieu qui leur offre la garantie qu’une place leur sera faite. C’est peut-être aussi ça qui fait l’affluence…[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]