Le 3ème atelier

[vc_row css_animation= » » row_type= »row » use_row_as_full_screen_section= »no » type= »full_width » angled_section= »no » text_align= »left » background_image_as_pattern= »without_pattern »][vc_column][vc_column_text css= ».vc_custom_1550765568849{margin-top: 20px !important;margin-bottom: 20px !important;} »]

« Quand la procréation médicalement assistée s’immisce à l’adolescence »

[/vc_column_text][vc_column_text]Cet atelier clinique sera sous le signe du désir d’enfant pris dans les rets et les nouvelles possibilités de la science en matière de Procréation Médicalement Assistée plus particulièrement à l’adolescence. Ainsi, cet atelier se veut préparatoire à notre colloque du 17 mai 2019 « Désirs d’enfant : Ressorts et impasses » et plus particulièrement la deuxième séquence intitulée, « L’éveil à la puberté et ses exils ». Cet atelier aura lieu le 30 janvier 2019 de 20H30 à 22h30, à l’hôpital SUD, salle conférence A.

Nous nous enseignerons des nouvelles technologies et des possibilités inouïes que la science permet en matière de procréation assistée et ceci à une période tant délicate qu’est l’adolescence faisant de la puberté  un phénomène qui n’est pas qu’un processus biologique. Dans ce moment, qu’en est-il d’annoncer des diagnostics médicaux concernant la fertilité de ses jeunes femmes ? Les diagnostics sont nombreux. En quoi les diagnostics ne sont-ils pas effraction, ou bien convoque le désir d’enfant, là où il n’était pas d’actualité, lorsqu’il s’agit par exemple de prélever des ovocytes ou spermatozoïdes en urgence après le diagnostic d’une maladie grave. Où se situe le traumatisme ? Celui de l’annonce diagnostic ? Celui du prélèvement ? Freud qualifier cette période de l’adolescence à elle seule de traumatique.

Nous aurons la change lors de cette soirée à la fois de découvrir les derniers progrès de la médecine et de la science au plus près de la thématique de notre atelier pour mieux interroger les ressorts et les impasses du « désir d’enfant » en question. Ressorts subjectifs ? Impasses scientifiques ? ou l’inverse. Ressorts physiologiques pour enfanter ? Impasses subjectives ? La science a des moyens infinis pour rejoindre le champ des possibles… mais elle véhicule aussi de l’angoisse… L’impossible procréatif  passe au possible, voire au tout possible…« Le réel s’étendrait donc du fait des avancées de la science… » [Lacan cité par le Pr F. Ansermet Lacan Quotidien, n°11, janvier 2019] . Les médecins, ceux que nous inviterons, vous le lirez dans le titre, ne sont pas dupe de ce réel.

Osons, cette citation du Dr François Leguil, invité d’honneur de nos 2emes rencontres pulsmédecine du 17 mai prochain qui sera notre boussole de la soirée :

«  Dans son intervention à la Salpétrière, Lacan évoque le cas de ceux qui attendent du médecin d’être confirmés dans leur « statut de malade ». Qu’est-ce à dire sinon que leur demande faite au savoir médical de se trouver assurés, garantis par l’essence de la maladie, est une demande d’être ? Elle montre qu’au delà de la pathologie somatique, une zone, une partie incluse dans la situation clinique concerne précisément le sujet, le manque à être et sa plainte. Il n’y a pas d’artifice à mêler le Freud de 1890 et la conceptualisation lacanienne pour poser que, dans l’élimination du transfert par la transformation technologique de la médecine, c’est la forclusion du sujet par la science qui est à l’œuvre ».[Leguil, F, quarto 91, p 47, Psychanalyse et gens de médecine, les organes du corps dans la perspective psychanalytique » ]

Pour ce 3eme atelier, nous avons le grand plaisir d’accueillir :

Les médecins gynécologues, obstétriciens spécialisés en Procréation Médicalement Assistée,

  • Le Dr Maud Bidet, qui interviendra sous le titre «  Syndrome de Rokitansky à l’adolescence : Expériences de devenir Femme ou mère. »,
  • Le Dr Solène Duros  présentera un cas clinique de sa pratique sous le titre «  Prélèvement d’ovocytes à 16 ans : S’agit-il d’un traumatisme dans sa vie de femme ou de future mère ? »

–       Le  Pr Vincent Lavoué, gynécologue et Ludivine Dion, interne, interviendront sous le titre «  La transplantation utérine, ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait .. »

  • Les extimes de cette soirée seront le Docteur Stéphanie Ferront-Bernat, endocrinologue, Emmanuelle Borgnis Desbordes, et Chantal Tanguy, psychanalystes. Ils auront l’exercice difficile justement de se faufiler dans les discours pour introduire respirations, noms, mots, tout cela pour tenter de ne pas réduire les patients à la science.
  • Et le Dr David Briard, animateur de la soirée.

[/vc_column_text][vc_separator type= »transparent » up= »40″][vc_column_text]Le groupe Puls-médecine :

Dr David Briard est médecin, Responsable du service des Grand-Enfants-Adolescents davidbriard@free.fr

Emmanuelle Borgnis Desbordes, Maitre de Conférences et psychanalyste, membre de l’École de la Cause freudienne et de l’Association Mondiale de Psychanalyse eborgnis@yahoo.com

Chantal Tanguy, psychanalyste chantal-tanguy@orange.fr[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]